Centrale pétrolière avec des cours de la bourse

L’année 2021 a été le théâtre d’une crise énergétique mondiale sans précédent. En Europe, il en a résulté une augmentation de 329,18 % du prix du MWh, entre le début et la fin de l’année. Nous revenons en détail dans cet article sur les événements ayant conduits à cette augmentation hors normes.

Graphique interactif détaillé des causes de l’augmentation des prix de l’électricité baseload en 2021

Les dates clés de l’année 2021 :

  • 02 février 2021 : Publication de l’article Bloomberg disant que le prix du carbone pourrait augmenter jusqu’à 100€/tCO2 suite aux propositions de durcissement des objectifs européens du 11 décembre 2020.
  • 07-14 février 2021 : Vague de froid intense en France qui a tiré les stocks souterrains de gaz pour répondre à la demande de chauffage (720 TWh)
  • Premier trimestre 2021 : Reprise économique asiatique explosive suite à la crise sanitaire de 2020 (+18,3% de croissance pour la Chine) qui s’est poursuivie toute l’année 2021 (très forte hausse continue de la demande asiatique de matières premières).
  • Pression de Gazprom sur l’Europe pour favoriser l’ouverture du gazoduc Nord Stream 2 d’ici l’automne 2021 ralenti par les sanctions américaines sur Moscou, en limitant les flux de ses autres pipelines vers l’UE passant par l’Ukraine.
  • Janvier – Avril 2021 : Multiplication des acteurs optimistes sur le marché du carbone, spéculation accrue en conséquence.
  • Avril 2021 : La Russie mobilise plusieurs semaines près de 100 000 hommes à la frontière ukrainienne.
  • Fin avril : arrivée du variant Delta en France.
  • 30 avril 2021 : Date limite de la restitution des quotas carbones européens de l’année 2020.
  • 19 mai 2021 : Ouverture de la première enchère du marché du carbone britannique.
  • Second trimestre 2021 : La reprise économique mondiale (notamment asiatique) se poursuit. La pression de Gazprom sur l’Europe également. La pression sur le marché carbone ralentit.
  • 19 mai 2021 : L’administration Biden annonce la renonciation des sanctions contre le projet de Gazoduc Nord Stream 2 pour que les relations entre les Etats-Unis et l’Allemagne ne se soient pas détériorées.
  • Juillet 2021 : Inquiétude des marchés financiers du fait de la propagation du variant delta.
  • 14 juillet 2021 : Publication du nouveau paquet politique législatif « Fit for 55% »
  • 21 juillet 2021 : Accord trouvé entre les Etats-Unis et l’Allemagne afin de neutraliser la dimension géopolitique du gazoduc Nord Stream 2. En effet, les États-Unis lèvent leur veto à l’achèvement du gazoduc en échange d’un soutien déterminé à l’Ukraine pour la prolongation de dix ans de son contrat avec Moscou comme pays de transit du gaz russe.
  • 20 août 2021 : Les Etats-Unis annoncent de nouvelles sanctions à Nord Stream 2 et continuent à s’opposer au projet Nord Stream 2 qui mettrait en danger la sécurité énergétique de l’Europe. Ils souhaitent collaborer avec l’Allemagne et ces pays alliés pour réduire les risques encourus par certains pays de l’Europe de l’Est, dont notamment l’Ukraine.
  • Fin août : Arrêt du réacteur Civaux 1 (1,5 GW) pour visite décennale.
  • 10 septembre 2021 : Achèvement de la construction du gazoduc Nord Stream 2.
  • 04 octobre 2021 : Gazprom a pu effectuer la certification technique de Nord Stream 2. Le remplissage du gazoduc débute.
  • 26 octobre 2021 : Les procédures d’approbation tardent. Le diplomate, chargé de mettre en place l’accord du 21 juillet 2021 entre les Etats-Unis et l’Allemagne encadrant la mise en route de Nord Stream 2, annonce que le projet ne sera pas homologué avant mars 2022.
  • 31 octobre 2021 – 12 novembre 2021 : COP 26 à Glasgow.
  • Novembre 2021 : Moscou déploie à nouveau des troupes militaires sur son flanc occidental.
  • 16 novembre 2021 : L’Agence fédérale allemande des réseaux annonce la suspension temporaire de la procédure d’approbation de Nord Stream 2 car l’opérateur n’est pas organisé sous une forme juridique de droit allemand. La mise en route du projet est ainsi reportée en mai 2022.
  • 19 novembre 2021 : EDF annonce l’arrêt pour un mois du réacteur Civaux 2 (1,5 GW) afin d’examiner ses tuyaux en raison de corrosions et de fissurations anormales détectées dans Civaux 1.
  • 19 novembre 2021 : Date du guichet Arenh.
  • 23 novembre 2021 : Le nouveau gouvernement allemand souhaite imposer un prix plancher au sein du marché carbone européen.
  • Décembre 2021 : Menace militaire de la Russie envers l’Ukraine. Plus de 100 000 soldats aux frontières ukrainiennes, faisant craindre une potentielle invasion à venir.
  • 02 décembre 2021 : Arrivée du variant Omicron en France.
  • Début-mi-décembre 2021 : Craintes de possibles confinements suite à la propagation du variant Omicron en Europe.
  • 15 décembre 2021 : EDF annonce l’arrêt de deux réacteurs nucléaires de la centrale de Chooz (3 GW) jusqu’au 23 janvier 2022 minimum pour vérifier d’éventuels défauts trouvés dans Civaux, centrale de même modèle.
  • 17 décembre 2021 : La Russie demande des garanties écrites de la non-extension de l’OTAN à l’est et le retraite des forces américaines des pays d’Europe orientale. L’Ukraine demande à l’OTAN de mettre en place un paquet de dissuasion contre la Russie.

La crise de l’énergie en synthèse :

L’année 2021 débute avec des marchés de l’énergie tendus du fait d’une reprise économique mondiale croissante tirée par la demande asiatique, et les liquidités injectées par les Etats et banques centrales pour faire face à l’épidémie de Covid-19.

Cette croissance économique va perdurer sur sa lancée les mois suivants. Ce trimestre est d’abord d’un côté marqué par l’engouement de spéculateurs sur le marché du carbone européen depuis les propositions de durcissements du 11 décembre 2020, qui visent une réduction de 55% des émissions de GES d’ici à 2030, suivant la logique du Pacte Vert pour l’Europe. D’un autre côté, afin d’accélérer l’ouverture du gazoduc Nord Stream 2, Gazprom exerce une pression sur l’Europe en limitant les flux envoyés via les autres gazoducs alors même que la demande européenne est très forte suite à la reprise économique et la nécessité de remplir les stocks de gaz après un hiver long et froid. En conséquence, les prix du gaz connaissent une hausse des prix du marché, nourrissant par la même occasion la hausse des prix de l’électricité. Le carbone, en parallèle, va également connaître une hausse continue, basée sur les diverses spéculations faites depuis les annonces de durcissements.

Les 2ème et 3ème trimestre sont marqués par l’arrivée et la propagation rapide du variant Delta en France qui cause une inquiétude sur les marchés financiers, craignant de nouveaux confinements européens. La pression sur le marché du carbone connaît un ralentissement qui le stabilise sous la barre des 60€/tCO2 depuis l’ouverture du marché carbone britannique, malgré la publication du nouveau paquet politique et législatif « Fit for 55% » le 14 juillet 2021, déjà anticipé par les marchés. La tension sur le marché du gaz européen s’accélère à mesure que l’hiver approche alors que les stocks de gaz restent à des niveaux en deçà des normaux. Toutefois, le projet Nord Stream 2 est relancé, et sa construction achevée en septembre, laissant paraître un semblant d’amélioration de la situation gazière pour la fin d’année 2021. À ce stade de l’année, les prix de l’électricité ont déjà connu une hausse de +74,52% depuis le 4 janvier.

C’est au 4ème trimestre que les évènements vont causer l’envolée des prix. Les certifications techniques de Nord Stream 2 tardent et repoussent sa mise en service prévue pour novembre 2021 à mai 2022 tandis que le niveau des stocks de gaz en Europe inquiète les marchés. Omicron arrive en Europe et en France, et les tensions Russie-Ukraine se durcissent. Mais c’est EDF, contraint de fermer longuement 4 de ses réacteurs pour examen des tuyaux suite à la découverte de corrosion et de fissures anormales, qui donne le coup de massue : les prix de l’électricité s’envolent et atteignent 399€ MWh au 21 décembre, avant de retomber à 225€ MWh au 30 décembre, scellant l’année 2021 avec une augmentation de 329,18 % des prix de l’électricité.

Sources:

https://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/lasie-emergente-redemarre-en-trombe-1284471

https://www.latribune.fr/economie/international/la-chine-a-fait-mieux-que-prevu-en-2021-avec-une-croissance-de-8-1-mais-est-confrontee-a-une-triple-pression-en-2022-902098.html

https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/pourquoi-le-prix-du-gaz-senvole-en-europe-1326622

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/washington-renonce-a-sanctionner-le-projet-de-gazoduc-nord-stream-2-1316500

https://www.sudouest.fr/international/europe/ukraine/tensions-ukraine-russie-chronologie-de-huit-ans-de-crise-8888772.php

https://www.engie.be/fr/business/blog/energy-market/quels-facteurs-externes-influencent-les-prix-de-energie/

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/le-carbone-pret-a-concurrencer-lor-noir-1325023

https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-02-02/andurand-sees-carbon-tripling-as-funds-turn-bullish-on-pollution

https://www.montelnews.com/news/1238813/ec-proposes-42-annual-cut-in-ets-emissions-cap ; https://www.montelnews.com/news/1238841/brussels-proposes-40-renewables-target-for-2030–ppa-push

https://www.leparisien.fr/economie/prix-de-lelectricite-et-du-gaz-2021-une-annee-record-daugmentation-des-tarifs-17-12-2021-7WLYWNI5CNEB7GPCVA3XJ64MWE.php

https://www.engie.be/fr/business/blog/energy-market/marches-de-energie-ete-2021/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nord_Stream#Nord_Stream_2

Partager
Les plus lus