publié le 30/09/2022

Temps de lecture : 3 minutes

Focus sur le marché de l’électricité

Le marché de l’électricité semble se positionner autour d’une valeur relativement stable sur les produits futures et forwards calendaires. Le marché ne prend donc toujours pas de direction entre d’un côté un possible prix plafond sur le prix de l’électricité et de l’autre de fortes tensions sur le gaz avec les suspicions de sabotage sur Nord Stream 1 & 2 (NS1 & 2).

Ce vendredi 30 septembre, l’Union européenne a annoncé un accord afin de permettre de réduire l’impact de l’augmentation des prix sur les consommateurs. Cet accord prévoit un plafonnement de 180 €/MWh pour les technologies de production renouvelables et nucléaire. Les 27 états vont alors récupérer l’écart entre ce prix de référence et le prix de marché pour le redistribuer aux consommateurs. Conjointement, pour assurer aussi que la sécurité d’approvisionnement du réseau électrique ne soit pas impactée, les Etats de l’Union sont appelés à réduire de 5% leur consommation d’électricité, avec contrainte. La mise en place de ce dernier point semble être à l’initiative de chaque Etat séparément.

D’autres pays demandent que le prix du gaz soit lui aussi plafonné, pas seulement pour le gaz Russe mais pour toutes les sources d’approvisionnement. Cela permettrait directement de réduire le prix de l’électricité même dans des conditions de production tendues. D’autres craignent que les quantités de gaz livrées en Europe ne soient pas suffisantes sous ces conditions. La prise de décision devrait se faire avant la mi-octobre.

Du côté de l’approvisionnement, les choses ne semblent pas évoluer en faveur d’une réouverture quasi-totale et rapide comme l’espérait le gouvernement. La centrale de Bugey par exemple a vu sa date de remise en fonctionnement repoussée d’un mois.

Cette semaine, deux ruptures ont eu lieu dans les gazoducs NS1 & 2. Certains accusent ou soupçonnent un sabotage de ces derniers par la Russie. Étant donné que les flux de gaz étaient coupés sur ces deux pipelines, cela ne crée pas d’impact sur l’approvisionnement courant. Cela envoie tout de même un message clair sur la marche à suivre de l’Europe dans sa stratégie future d’approvisionnement de gaz.

Baseload 2023

Prix de clôture du 29/09/2022 :
566,73 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
-2,14 %

Baseload 2024

Prix de clôture du 29/09/2022 :
266,55 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
-3,51 %

Baseload 2025

Prix de clôture du 29/09/2022 :
203,74€/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
-4,28%

Peakload 2023

Prix de clôture du 29/09/2022 :
958,19 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
-0,29 %

Peakload 2024

Prix de clôture du 29/09/2022 :
382,28 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
-8,45 %

Peakload 2025

Prix de clôture du 29/09/2022 :
347,81 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
-9,66 %

Les autres marchés de l’énergie


Gaz naturel : Le contrat de l’année suivante a augmenté de 2% par rapport à la semaine précédente. Actuellement, certains facteurs vont à l’encontre de fortes hausses de prix: Les réservoirs sont bien remplis, l’Allemagne recevra bientôt sa première livraison de GNL en provenance des Émirats arabes unis et, selon les météorologues, un hiver doux nous attend. 

Gaz 2023

Prix de clôture du 29/09/2022:
190,00 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
+2,54 %

Gaz 2024

Prix de clôture du 29/09/2022 :
82,17 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
+1,44 %

Gaz 2025

Prix de clôture du 29/09/2022 :
52,43 €/MWh

Variation depuis le 22/09/2022:
-2,01 %

Pétrole : La semaine dernière, le cours du brent a continué à perdre du terrain. Le prix du pétrole a ainsi réagi aux nombreuses hausses agressives des taux d’intérêt par les banques centrales du monde entier. Selon les analystes, cela pourrait freiner l’activité économique et réduire la demande d’énergie. Les prix du pétrole brut et de l’essence aux États-Unis ont chuté vendredi dernier. La force du dollar exerce également une pression sur les prix du pétrole en rendant les contrats libellés en dollars plus chers pour les acheteurs étrangers.

Brent

Prix de clôture du 29/09/2022 : 88,49 $/bbl

Variation depuis le 22/09/2022 : -2,18 %


Droits d’émission CO2 : Les prix du CO2 ont été sous pression ces dernières semaines. Celle s’explique par de mauvaises perspectives économiques, qui pourraient freiner la demande de certificats, et des ventes supplémentaires prévues par l’UE.  

CO2

Prix de clôture du 29/09/2022 : 65,73 €/t

Variation depuis le 22/09/2022 : -6,69%


­Charbon : En comparaison hebdomadaire, le charbon a perdu 7,2%. L’embargo empêche la Russie d’exporter du charbon vers l’Europe, ce qui a entraîné une baisse de 6% des exportations russes globales par rapport à l’année précédente.

Charbon

Prix de clôture du 29/09/2022 : 286,48 $/t

Variation depuis le 22/09/2022 : +3,28 % 

Articles les plus récents


  • Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Nous avons appris avec stupéfaction les méthodes imputées au courtier Energies France dans le reportage « Cash Investigation » diffusé jeudi 22 février sur France 2. Primeo Energie condamne fermement toutes les pratiques, trompeuses ou visant à profiter de la complexité de la réglementation pour dévier le consommateur des offres les plus compétitives. De telles pratiques lèsent… Lire plus


  • Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    En 2024, le gouvernement renouvelle son dispositif d’aide en maintenant l’ « amortisseur électricité » pour les entreprises et collectivités. Il est financé par l’Etat et appliqué par les fournisseurs, qui opèrent une réduction directement sur les factures. Lire plus


  • L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en France a déclaré que le démarrage de l’EPR de Flamanville (1,6 GW) à la mi-2024, tel que souhaité par EDF, n’était pas garanti. Le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk, a indiqué que la mise en service serait « très tendue » en raison de l’attente d’éléments cruciaux pour prendre une décision.… Lire plus