publié le 20/07/2023

Temps de lecture : 4 minutes

Les points importants

Les prix du gaz européen ont augmenté en raison des prévisions de baisse de la production d’énergies renouvelables. Le contrat de référence du hub néerlandais TTF a augmenté de 0,27 EUR à 25,37 EUR/MWh, malgré une baisse de 31 % depuis fin juin. L’équivalent britannique sur le NBP a également augmenté de 0,66 pence à 62,25 pence/th mais est toujours en baisse de 32 % depuis juin. Les analystes attribuent cette hausse aux « fondamentaux météorologiques haussiers ».

En Allemagne, le marché gazier le plus important en Europe, la capacité d’énergie solaire devrait baisser à 10,6 GW la semaine prochaine, en baisse par rapport aux 12 GW prévus pour cette semaine, ce qui a réduit la demande de gaz dans le secteur de l’électricité et influencé les prix du gaz.

ÉLECTRICITÉ

Ces deux dernières semaines nous observons une volatilité de marché autour de 5 % sur les produits futurs. En effet, certaines inquiétudes demeurent quant à l’approvisionnement de gaz russe au premier trimestre 2024. Par ailleurs, nous sommes actuellement dans une situation confortable du côté des réserves de gaz en Europe (80%), soit plus que les deux années précédentes. De plus avec la production renouvelable en hausse ces dernières semaines, la production d’électricité à partir de gaz est en baisse. Le mois d’août présente encore un enjeu sur la production d’électricité nucléaire. A l’image de la centrale de Bugey qui a dû arrêter un de ses réacteurs à cause de la température trop élevée du Rhône.

La vague de chaud sur l’hémisphère nord et les vents associés amènent une occurrence importante de prix négatifs en Europe. La production renouvelable et la baisse de consommation (au plus bas depuis 20 ans), montrent le besoin grandissant des solutions de flexibilité de réseau pour optimiser la production d’électricité intermittente.

Les prix négatifs de l’électricité en Europe devraient persister jusqu’en septembre en raison de la forte augmentation de la production d’énergie solaire et éolienne, de la faiblesse des prix du gaz et de la baisse de la demande d’électricité. Des experts prévoient que les prix resteront bas pendant l’été et pourraient même continuer à être négatifs pendant quelques heures en septembre.

Les pays européens ont déjà connu plusieurs week-ends avec des prix négatifs depuis mai, et cette tendance devrait se poursuivre. La faiblesse des prix du gaz contribuera également à maintenir les prix de l’électricité à des niveaux bas.

Les experts notent que la faible demande d’électricité joue également un rôle important dans la baisse des prix. Bien que la demande devrait augmenter légèrement au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, elle restera inférieure aux niveaux normaux du troisième trimestre de l’année dernière.

En 2022, les prix de l’énergie avaient atteint des niveaux records en raison des craintes de pénurie d’énergie liée à la guerre en Ukraine, mais cette année, les prix restent bas en raison des facteurs mentionnés ci-dessus, et les experts prévoient une baisse de la demande d’électricité pour l’année 2023 par rapport à 2022.

En France, le gouvernement a annoncé ce mardi 18 Juillet, 2023, l’augmentation du tarif réglementé de vente de l’électricité de 10 % à partir du 1er août. Sans le bouclier tarifaire, cette augmentation aurait été de près de 75 %. Cette mesure s’applique aux clients ayant une puissance de compteur inférieure ou égale à 36 kilovoltampères (kVa), principalement les ménages et les petites entreprises.

La facture moyenne d’électricité pour un ménage français augmentera d’environ 160 euros, soit une quinzaine d’euros de plus par mois. Cependant, grâce au bouclier tarifaire, le gouvernement limite l’augmentation à 10 %, prenant en charge plus d’un tiers (37 %) de la facture des ménages français, contre 43 % avant cette hausse. Cette augmentation intervient après une première hausse de 15 % en février de la même année, et le gouvernement assure qu’il n’y aura plus d’autres augmentations jusqu’à la fin de l’année en cours.

Les marchés de l’énergie


Electricité : Le marché de l’électricité reste volatil. Portés par le marché du gaz, les prix de l’électricité pour livraison en 2024 ont connu une forte hausse au cours de la seconde moitié de la journée du 18 juillet 2023.

Baseload 2024

Prix de clôture du 19/07/2023 :
168,41 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 :
+2,85 %

Baseload 2025

Prix de clôture du 19/07/2023 :
140,00 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 :
+0,33 %

Baseload 2026

Prix de clôture du 19/07/2023 :
112,55 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 :
+4,12 %

Peakload 2024

Prix de clôture du 19/07/2023 :
247,00 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 : -0,56 %

Peakload 2025

Prix de clôture du 19/07/2023 :
206,03 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 : +1 %

Peakload 2026

Prix de clôture du 19/07/2023 :
151,78 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 : +3,96 %

Gaz naturel : Les cours du gaz restent également volatils, la tendance à la baisse des dernières semaines semble s’être interrompue en raison de la hausse du 18 juillet 2023. Compte tenu de la bonne situation de l’approvisionnement, le marché est baissier. Les vagues de chaleur actuelles, en particulier dans le sud de l’Europe, soutiennent toutefois les cours.

Gaz 2024

Prix de clôture du 19/07/2023 : 52,10 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 :
+9.01 % 

Gaz 2025

Prix de clôture du 19/07/2023 :
46,15 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 :
+9.81 %

Gaz 2026

Prix de clôture du 19/07/2023 :
36,74 €/MWh

Variation depuis le 12/07/2023 : +10,71%

Pétrole : Les craintes de récession et les coupes de production supplémentaires de l’OPEP+ ne permettent pas non plus de dégager une tendance claire pour le pétrole, car elles sont actuellement équilibrées.

Brent

Prix de clôture du 19/07/2023 : 79,46 $/bbl

Variation depuis le 12/07/2023 : -0,81 % 


Droits d’émission CO2 : Le ralentissement de la conjoncture entraîne également des attentes baissières sur le marché du CO2 pour les prochaines semaines.

Prix de clôture du 19/07/2023 : 89,17 €/t

Variation depuis le 12/07/2023 : +3,92 %


­Charbon : Concernant le charbon, de premières informations indiquent que la sécheresse empêche le chargement complet des bateaux sur le Rhin. Du fait des inquiétudes conjoncturelles récentes, en particulier en Chine, une tendance à la baisse pourrait suivre.

Charbon

Prix de clôture du 19/07/2023 : 110,29 $/t

Variation depuis le 12/07/2023 : +7,50 % 

Votre avis nous intéresse !

Primeo Energie vous envoie une newsletter toutes les deux semaines sur l’actualité des marchés de l’énergie.
Notre objectif est de permettre à nos clients et aux acteurs de l’énergie de suivre les évolutions et les tendances sur les marchés de l’énergie.
Merci de bien vouloir consacrer quelques minutes à répondre à cette petite enquête.

Articles les plus récents


  • Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Nous avons appris avec stupéfaction les méthodes imputées au courtier Energies France dans le reportage « Cash Investigation » diffusé jeudi 22 février sur France 2. Primeo Energie condamne fermement toutes les pratiques, trompeuses ou visant à profiter de la complexité de la réglementation pour dévier le consommateur des offres les plus compétitives. De telles pratiques lèsent… Lire plus


  • Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    En 2024, le gouvernement renouvelle son dispositif d’aide en maintenant l’ « amortisseur électricité » pour les entreprises et collectivités. Il est financé par l’Etat et appliqué par les fournisseurs, qui opèrent une réduction directement sur les factures. Lire plus


  • L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en France a déclaré que le démarrage de l’EPR de Flamanville (1,6 GW) à la mi-2024, tel que souhaité par EDF, n’était pas garanti. Le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk, a indiqué que la mise en service serait « très tendue » en raison de l’attente d’éléments cruciaux pour prendre une décision.… Lire plus