publié le 09/11/2023

Temps de lecture : 5 minutes

Les points importants

ÉLECTRICITÉ

La France prévoit de dévoiler sa nouvelle stratégie énergétique d’ici la fin de l’année ou le début de l’année prochaine, selon la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher. Cette stratégie comprendra des objectifs chiffrés pour la période 2024-2033 dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Le gouvernement prévoit de rendre publics ces objectifs avant la présentation du projet de loi en Conseil des ministres.

Le contenu exact du projet de loi reste incertain, notamment en ce qui concerne la régulation de la vente de la production nucléaire d’EDF, qui est destinée à remplacer le mécanisme actuel de l’Arenh, expirant à la fin de 2025. Le gouvernement prévoit de faire des annonces sur la régulation nucléaire dans les semaines à venir.

En outre, la ministre Pannier-Runacher prévoit d’organiser une conférence sur les prix de l’énergie les prochaines deux semaines, réunissant les présidents des groupes politiques de l’Assemblée et du Sénat, ainsi que des élus locaux. L’objectif de cette conférence est d’apporter de la visibilité et de rassurer les citoyens français concernant les prix de l’énergie.

TROLE ET GAZ

Les prix du gaz en Europe ont atteint leur plus bas niveau en quatre semaines en raison de perspectives de faible demande liées à des températures douces et d’une offre abondante, malgré les tensions au Moyen-Orient. Le contrat TTF néerlandais du premier mois a chuté en dessous de 46 EUR/MWh pour la première fois depuis le 12 octobre, s’établissant à 46,12 EUR/MWh, ce qui représente une baisse de 4,03 EUR par rapport au règlement précédent. Les températures en Allemagne devraient rester au-dessus de la normale la semaine prochaine, et les niveaux de stockage de gaz en Europe sont proches de leur capacité maximale, avec des injections dépassant les retraits, indiquant une demande relativement faible. Les prix du gaz à court terme restent inférieurs au mois de référence, ce qui suggère qu’il n’y a pas de menace immédiate pour l’approvisionnement. Cependant, les tensions au Moyen-Orient demeurent une préoccupation pour les marchés de l’énergie. Les flux de gazoducs en provenance de Norvège ont récemment connu une légère baisse.

D’autre part, la demande industrielle de gaz en Europe devrait rester de 10 à 20 % inférieure à la normale en 2024 et 2025, selon Catherine MacGregor, PDG d’Engie. Cette baisse est en grande partie due à la situation structurelle provoquée par la guerre en Ukraine, et bien que l’on ne s’attende pas à une détérioration supplémentaire, la demande demeure affectée en fonction du secteur et de la taille des entreprises.

L’Union européenne a prolongé son objectif de réduction de la demande de gaz de 15 % jusqu’à la fin de mars 2024 pour garantir la sécurité d’approvisionnement pour l’hiver. En 2022, la demande de gaz de l’industrie française a chuté en moyenne de 12 %, avec une baisse plus marquée de 19 % dans les secteurs de la métallurgie, du raffinage, de la pétrochimie, des matériaux non-métalliques et de la porcelaine, en raison de la hausse des prix du gaz.

Les prix du gaz européen ont connu une forte volatilité, passant de plus de 300 EUR/MWh à une moyenne de 41,60 EUR/MWh depuis le début de l’année. Cette hausse des prix a été due à la réduction des livraisons russes par gazoduc, entraînant des perturbations dans l’approvisionnement énergétique de l’Europe.

Les marchés de l’énergie


Electricité :

La France dévoilera sa nouvelle stratégie énergétique d’ici l’année prochaine, avec des objectifs pour 2024-2033. La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, rendra les détails publics avant la présentation du projet de loi. Les plans incluent la régulation de la vente de l’énergie nucléaire d’EDF, en remplacement du mécanisme actuel de l’Arenh expirant fin 2025. Une conférence sur les prix de l’énergie, impliquant des responsables politiques, vise à rassurer les citoyens français dans les deux semaines à venir.

Baseload 2024

Prix de clôture du  08/11/2023 :
116,99 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 :
-3,66 %

Baseload 2025

Prix de clôture du 08/11/2023 : 110,93 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 :
-1,12%

Baseload 2026

Prix de clôture du 08/11/2023 :
103,11 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 :
-0,86 %

Baseload 2027

Prix de clôture du 08/11/2023 :
88,75 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 :
-1,66 %

Peakload 2024

Prix de clôture du 08/11/2023:
142,73 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 : -3,98 %

Peakload 2025

Prix de clôture du 08/11/2023 :
147,72 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 : -2,14 %

Peakload 2026

Prix de clôture du 08/11/2023 :
134,37 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 : -1,02 %

Peakload 2027

Prix de clôture du 08/11/2023 :
102,75 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 : -1,44 %

Gaz naturel : 

Les prix du gaz européen ont connu une forte volatilité, passant de plus de 300 EUR/MWh à une moyenne de 41,60 EUR/MWh depuis le début de l’année. Cette baisse des prix s’explique par une réduction de la demande européenne du fait des niveaux de stockage élevés et peu utilisés par rapport aux besoins historiques. En effet, les niveaux de stockage sont élevés et la demande industrielle reste basse en raison de la situation en Ukraine. L’UE a réduit sa demande de gaz de 15 % jusqu’à mars 2024 pour assurer l’approvisionnement hivernal. La volatilité des prix persiste en raison de la réduction des livraisons russes.

Gaz 2024

Prix de clôture du 08/11/2023 : 47,12 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 :
-4,61 % 

Gaz 2025

Prix de clôture du 08/11/2023 :
43,58 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 :
-2,13 %

Gaz 2026

Prix de clôture du 08/11/2023 : 36,54 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 : +0,02 %

Gaz 2027

Prix de clôture du 08/11/2023:
30,24 €/MWh

Variation depuis le 01/11/2023 : -0,34 %

Pétrole : 

Les prix du pétrole ont baissé en raison de préoccupations liées aux exportations chinoises, qui ne sont pas de bon augure pour la croissance du pays, le principal importateur mondial de pétrole. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a chuté de 1,91 % à 83,55 dollars, tandis que le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en décembre a perdu 1,79 % à 79,37 dollars vers 10 h 40 GMT. Les exportations chinoises ont connu une baisse de 6,4% en octobre par rapport à l’année précédente, ce qui suscite des inquiétudes quant à la santé économique mondiale. Les investisseurs surveillent de près l’économie chinoise en tant que principal importateur de pétrole au monde. Bien que des tensions au Moyen-Orient aient été signalées et que l’Arabie Saoudite et la Russie aient confirmé des réductions de production et d’exportation de pétrole jusqu’à la fin de l’année, ces nouvelles n’ont pas suffi à soutenir les prix du pétrole en raison des préoccupations liées à la Chine.

Brent

Prix de clôture du 08/11/2023 : 79,54 $/bbl

Variation depuis le 01/11/2023 : -6,01 % 


Droits d’émission CO2 :  

Les prix européens du carbone ont atteint leur plus bas niveau depuis un an en raison de perspectives de marché pessimistes, tandis que les prix du gaz et du charbon ont également baissé en raison d’un temps doux et d’une offre abondante. Le contrat de référence EUA du 23 décembre s’est négocié à 76,08 EUR/t, son plus bas niveau depuis le 21 novembre 2022, les indicateurs techniques devenant baissiers après avoir chuté en dessous de 77,55 EUR/t. La faiblesse des résultats des enchères et la baisse des prévisions de la demande pour 2023 dans les secteurs de l’électricité et de l’industrie ont contribué à la morosité ambiante. La destruction de la demande, les prix bas du gaz et la production robuste d’énergies renouvelables ont été cités comme les raisons de la baisse attendue des émissions.

Prix de clôture du 08/11/2023 : 75,70 €/t

Variation depuis le 01/11/2023 : -3,62 % 


­Charbon : 

Les importations européennes de charbon de centrale électrique devraient rester inférieures à 3 millions de tonnes en novembre, compte tenu des stocks élevés et de la faible demande. L’Europe est bien approvisionnée pour l’hiver et on ne s’attend pas à une augmentation significative de la production d’électricité au charbon. 

Charbon

Prix de clôture du 08/11/2023 : 112,70 $/t

Variation depuis le 01/11/2023 : -4,97 % 

Articles les plus récents


  • Segmentation des contrats d’électricité : comprenez toutes les catégories de C1 à C5

    Segmentation des contrats d’électricité : comprenez toutes les catégories de C1 à C5

    La segmentation des contrats de fourniture d’électricité en C1, C2, C3, C4 et C5 a été introduite par Enedis ou les ELD (Entreprises Locales de Distribution) en 2016 suite à la disparition des tarifs réglementés de vente (TRV) d’EDF pour les professionnels, notamment les Tarifs Jaune et Vert. Lire plus


  • L’actualité sur les marchés de l’énergie – 15/05/2024

    L’actualité sur les marchés de l’énergie – 15/05/2024

    La mise en service de l’EPR de Flamanville marque une étape significative pour l’avenir du nucléaire en France. Après un retard de 12 ans, le chargement de combustible a enfin débuté suite à l’approbation de l’Autorité de sûreté nucléaire. Lire plus


  • Contrats d’électricité pour les entreprises : quelle option choisir entre contrat unique, CARD et CART ?

    Contrats d’électricité pour les entreprises : quelle option choisir entre contrat unique, CARD et CART ?

    En tant qu’entreprise, le choix d’un contrat d’électricité peut s’avérer complexe face à la diversité des offres et de termes techniques. Différents types de contrat d’électricité sont possibles, notamment le contrat d’électricité unique et les contrats CARD et CART. Lire plus