publié le 05/07/2023

Temps de lecture : 5 minutes

Les points importants

La production nucléaire en France a augmenté de 12,6% en juin par rapport à la même période de l’année précédente, atteignant 22,6 TWh. Cette hausse s’explique par une meilleure disponibilité des réacteurs, par rapport à l’année précédente où de nombreux réacteurs étaient arrêtés pour des contrôles et des réparations liés à la corrosion sous contrainte. La disponibilité nucléaire moyenne s’est élevée à 33,7 GW en juin, en hausse de 4,2 GW par rapport à l’année précédente. EDF est en bonne voie pour atteindre sa prévision de production d’électricité nucléaire de 300 à 330 TWh pour cette année, avec une estimation de production de 310 TWh.

La production d’électricité renouvelable a également augmenté de 25% par rapport à l’année précédente, atteignant 10,8 TWh en juin. Cette augmentation a été soutenue par une hausse de 36% de l’hydroélectricité, de 25% de l’énergie solaire et de 16% de l’énergie éolienne. En revanche, la production d’électricité à partir de gaz a diminué de près de 27% le mois dernier.
La France est restée exportatrice nette de 4,9 TWh le mois dernier, avec une production en hausse de 13 % en glissement annuel à 35,2 TWh et une consommation en baisse de 6 % à 29,9 TWh.

ÉLECTRICITÉ

Le ministère de la Transition énergétique a rejeté les demandes de prolongation de l’Arenh, un mécanisme qui oblige EDF à vendre une partie de sa production nucléaire à ses concurrents à un prix réglementé. Malgré les appels de certains fournisseurs d’électricité pour prolonger l’Arenh jusqu’en 2027, le ministère maintient son plan de le remplacer d’ici début 2026. Les discussions au niveau de l’Union européenne sur la réforme du marché de l’électricité seront déterminantes pour son remplacement. Certains concurrents d’EDF s’opposent aux contrats unilatéraux entre EDF et les grands consommateurs, estimant que cela nuirait à la concurrence. Ils proposent plutôt de remplacer l’Arenh par des contrats de complément de rémunération (CFD) pour ouvrir le marché de l’énergie nucléaire à tous les consommateurs. Cependant, l’ouverture des CFD aux centrales nucléaires existantes crée des divergences entre la France et l’Allemagne. La France envisage de combiner les PPA et les CFD pour trouver un système équilibré, en fonction du type de consommateur d’électricité. 

GAZ

Les volumes d’échange de gaz au sein de l’Union européenne se sont rétablis au début de cette année après une chute survenue au deuxième trimestre 2022 pendant la crise des prix de l’énergie, selon les données de l’Agence de régulation de l’énergie de l’UE (Acer). Les volumes moyens échangés sur la plateforme gazière la plus liquide d’Europe, le TTF néerlandais, ont augmenté de 41 % de janvier à mai par rapport à la période d’avril à décembre 2022. Cependant, ces volumes demeurent légèrement inférieurs à la moyenne observée avant la crise. La reprise du TTF a été soutenue par des perspectives de demande et d’offre plus stables, ainsi qu’un environnement commercial plus favorable avec des exigences de marge plus faibles. Les prix record du gaz enregistrés au second semestre 2022 ont entraîné une hausse significative des exigences en matière de garanties et de marges, obligeant de nombreux négociants à réduire leur exposition. Les volumes d’échange pour les autres centres gaziers de l’UE ont été nettement inférieurs et plus stables sur l’ensemble de la période. La reprise des volumes échangés s’est principalement produite sur les bourses plutôt que de gré à gré par le biais de courtiers. Les volumes négociés en bourse ont connu une augmentation notable en mai, tandis que les volumes de gré à gré ont connu une reprise plus modeste. Cependant, la reprise des volumes échangés sur les marchés de gré à gré reste limitée et nettement inférieure aux niveaux observés avant la crise de l’énergie, selon l’Acer.

Les marchés de l’énergie


Electricité : l’extrémité longue de la courbe du courant s’est déplacée latéralement la semaine dernière, avec une légère tendance à la baisse. Les négociants ont fait état d’un manque d’impulsion de la part des marchés voisins. En l’absence d’influences manifestes, la tendance générale reste plutôt à la baisse, même si le risque d’une hausse des prix persiste.

Baseload 2024

Prix de clôture du 04/07/2023 :
168,41 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 :
-9,11 %

Baseload 2025

Prix de clôture du 04/07/2023 :
144,03 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 :
-1,46 %

Baseload 2026

Prix de clôture du 04/07/2023 : 110,43 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 :
-0,06 %

Peakload 2024

Prix de clôture du 04/07/2023 :
254,73 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 : -13,50%

Peakload 2025

Prix de clôture du 04/07/2023 :
214,92 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 : -3,11%

Peakload 2026

Prix de clôture du 04/07/2023 :
161,40 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 :
+2,15%

Gaz naturel : les prix du gaz en Europe ont légèrement augmenté vendredi dernier et la semaine dernière s’est achevée sur un léger plus. Les participants au marché estiment que l’augmentation attendue des livraisons en provenance de la Norvège, les bons niveaux de remplissage des réservoirs de gaz en Europe et les prévisions météorologiques actuelles plaident en faveur d’une baisse des prix du gaz. Nous prévoyons une tendance à la baisse cette semaine. 

Gaz 2024

Prix de clôture du 04/07/2023 : 52,40 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 :
+2,47 %

Gaz 2025

Prix de clôture du 04/07/2023 :
44,49 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 :
+4,41 %

Gaz 2026

Prix de clôture du 04/07/2023 : 34,78 €/MWh

Variation depuis le 27/06/2023 : +7,15%

Pétrole : les marchés pétroliers ont enregistré de légères fluctuations haussières la semaine dernière, soutenus par les dernières données économiques positives en provenance des États-Unis. C’est un signe que l’économie américaine se porte bien, compte tenu de la hausse des taux d’intérêt et de la faiblesse de l’inflation. 

Brent

Prix de clôture du 04/07/2023 : 76,25 $/bbl

Variation depuis le 27/06/2023 : +5,52%  


Droits d’émission CO2 : les certificats d’émission ont fait preuve d’une relative volatilité la semaine dernière, avec des volumes de transactions modérés. En raison de la mise aux enchères anticipée de droits d’émission dans le cadre du programme REPowerEU et de la tendance à la baisse qu’affiche actuellement le marché du gaz, nous nous attendons plutôt à une baisse pour le marché du carbone. 

CO2

Prix de clôture du 04/07/2023 : 87,25 €/t

Variation depuis le 27/06/2023 : -1,80 % 


­Charbon : la tendance à la hausse des cotations du charbon s’est poursuivie la semaine dernière, sous l’effet de l’augmentation liée à la chaleur de la demande asiatique. La Chine, en particulier, souffre actuellement d’une forte vague de chaleur avec des températures supérieures à 40 degrés Celsius, ce qui accroît considérablement le besoin de réfrigération. Cette vague de chaleur tend cependant à s’affaiblir et nous prévoyons une légère tendance à la baisse pour le marché dans la semaine en cours. 

Charbon

Prix de clôture du 04/07/2023 : 123,12 $/t

Variation depuis le 27/06/2023 : +6,00 % 

Votre avis nous intéresse !

Primeo Energie vous envoie une newsletter toutes les deux semaines sur l’actualité des marchés de l’énergie.
Notre objectif est de permettre à nos clients et aux acteurs de l’énergie de suivre les évolutions et les tendances sur les marchés de l’énergie.
Merci de bien vouloir consacrer quelques minutes à répondre à cette petite enquête.

Articles les plus récents


  • Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Nous avons appris avec stupéfaction les méthodes imputées au courtier Energies France dans le reportage « Cash Investigation » diffusé jeudi 22 février sur France 2. Primeo Energie condamne fermement toutes les pratiques, trompeuses ou visant à profiter de la complexité de la réglementation pour dévier le consommateur des offres les plus compétitives. De telles pratiques lèsent… Lire plus


  • Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    En 2024, le gouvernement renouvelle son dispositif d’aide en maintenant l’ « amortisseur électricité » pour les entreprises et collectivités. Il est financé par l’Etat et appliqué par les fournisseurs, qui opèrent une réduction directement sur les factures. Lire plus


  • L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en France a déclaré que le démarrage de l’EPR de Flamanville (1,6 GW) à la mi-2024, tel que souhaité par EDF, n’était pas garanti. Le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk, a indiqué que la mise en service serait « très tendue » en raison de l’attente d’éléments cruciaux pour prendre une décision.… Lire plus