publié le 03/08/2023

Temps de lecture : 4 minutes

Les points importants

Depuis plus de cinquante ans, la France dépend de l’importation d’uranium naturel en provenance du Niger. Cependant, suite au récent coup d’État et au sentiment antifrançais dans la région, il y a des inquiétudes quant à une possible interruption d’approvisionnement en matières nucléaires.

Le Niger, qui est le deuxième plus grand fournisseur d’uranium naturel de l’Union européenne, représentant 25,38 % des importations européennes d’uranium naturel, est maintenant sous le contrôle de généraux putschistes. Cette situation a suscité des préoccupations quant à la capacité d’EDF (Électricité de France) à approvisionner les 56 réacteurs nucléaires français en uranium nigérien, remettant ainsi en question l’indépendance énergétique de la France.

Certains observateurs ont souligné que le Niger fournit à la France l’uranium essentiel pour ses centrales nucléaires, ce qui a conduit à des discussions au sein du gouvernement et du parlement sur la dépendance de la France à cet égard. Certains politiciens, comme la députée EELV Sandrine Rousseau, ont souligné sur Twitter que le nucléaire ne garantit pas une véritable indépendance énergétique. Sylvain Maillard, président du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, a également exprimé ses inquiétudes quant à l’impact potentiel de la situation au Niger sur l’approvisionnement en uranium et sur l’équation énergétique globale de la France.

Suite à l’attaque Russe envers l’Ukraine en février 2022, l’Union européenne a décidé de cesser l’importation de combustibles fossiles de Russie. N’étant pas productrice d’uranium nécessaire à son parc nucléaire, et dans le but de garantir la sécurité de son approvisionnement en uranium, la France envisage de diversifier davantage ses sources et les itinéraires d’importation. L’expérimentation de l’option via l’Azerbaïdjan est un pas en ce sens et pourrait être étendue. Bien qu’elle ne soit pas une solution complète en soi, elle pourrait contribuer à résoudre une partie du défi posé par les nouvelles contraintes.

PÉTROLE

La demande mondiale de pétrole a atteint un niveau record de 102,8 millions de barils par jour en juillet, avec des prévisions révisées à la hausse pour la fin de l’année. Une croissance économique meilleure que prévu aux États-Unis et en Inde a conduit les analystes de Goldman Sachs à être plus optimistes quant à la consommation mondiale de pétrole malgré un ralentissement en Chine.

Côté offre, l’Arabie Saoudite a joué un rôle clé en réduisant sa production de pétrole. On s’attend à ce que le plus grand producteur de pétrole annonce une nouvelle baisse de production d’un million de barils par jour en septembre, ce qui a influencé l’ensemble du marché pétrolier.

Aux États-Unis, la résilience de l’économie a soutenu Wall Street, qui a maintenu sa tendance haussière entamée depuis le mois de mars. Les indices boursiers tels que le Dow Jones, le Nasdaq et le S&P 500 ont tous enregistré des gains en juillet, grâce à une combinaison de facteurs, notamment la demande de pétrole en hausse, la réduction de la production saoudienne et une perspective de pause dans la hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine.

Enfin, la baisse de l’inflation aux États-Unis a également eu un impact positif, car les investisseurs espèrent que la Réserve fédérale fera une pause dans la hausse de ses taux d’intérêt. Bien que la Réserve fédérale ait récemment augmenté ses taux, elle a laissé la possibilité d’une pause en septembre en fonction des indicateurs économiques à venir.

Les marchés de l’énergie


Electricité : La tendance baissière se poursuit dans le temps pour l’année à venir. Par ailleurs, on observe tout de même un niveau stable sur les années suivantes, le spread entre les différentes échéances diminue.

Baseload 2024

Prix de clôture du 02/08/2023 :
158,04 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 :
-6,87 %

Baseload 2025

Prix de clôture du 02/08/2023 :
139,79 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 :
-2,65 %

Baseload 2026

Prix de clôture du 02/08/2023 : 110,50 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 :
-5,49 %

Baseload 2027

Prix de clôture du 02/08/2023 : 102,04 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 :
+7,28 %

Peakload 2024

Prix de clôture du 02/08/2023 :
222,84 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 : -9,09 %

Peakload 2025

Prix de clôture du 02/08/2023 :
198,85 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 : -4,22 %

Peakload 2026

Prix de clôture du 02/08/2023 :
158,21 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 : -0,89 %

Peakload 2027

Prix de clôture du 02/08/2023 :
123,34 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 : +1,58 %

Gaz naturel : La fin des travaux de maintenance en Norvège a entraîné une augmentation des exportations qui a accompagné la baisse du prix du gaz. Les cotations sont cependant reparties à la hausse la semaine dernière. 

Gaz 2024

Prix de clôture du 02/08/2023 : 49,35 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 :
-5,35 % 

Gaz 2025

Prix de clôture du 02/08/2023 :
45,28 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 :
-2,09 %

Gaz 2026

Prix de clôture du 02/08/2023 :
36,22 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 : -1,25 %

Gaz 2027

Prix de clôture du 02/08/2023 :
29,67 €/MWh

Variation depuis le 26/07/2023 : +0.01 %

Pétrole : En juillet, les marchés financiers ont affiché des performances positives. Les cours du pétrole ont connu leur plus forte hausse mensuelle sur une période d’un an, principalement grâce à la décision de l’Arabie Saoudite de réduire sa production et aux anticipations d’une pause dans la hausse des taux d’intérêt des banques centrales. Cette perspective a également soutenu les marchés boursiers.

Brent

Prix de clôture du 02/08/2023 : 83,20 $/bbl

Variation depuis le 26/07/2023 : +0,34 % 


Droits d’émission CO2 : Pour les futures EUA, il y avait de bonnes raisons de s’attendre à une baisse des prix.  Si la barre des 85 € est dépassée, il se pourrait que la baisse se poursuive. 

Prix de clôture du 02/08/2023 : 83,45 €/t

Variation depuis le 26/07/2023 : -8,14 % 


­Charbon : Concernant le charbon, de premières informations indiquent que la sécheresse empêche le chargement complet des bateaux sur le Rhin. Du fait des inquiétudes conjoncturelles récentes, en particulier en Chine, une tendance à la baisse pourrait suivre.

Charbon

Prix de clôture du 02/08/2023 : 116,68 $/t

Variation depuis le 26/07/2023 : -8,38 % 

Articles les plus récents


  • Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Nous avons appris avec stupéfaction les méthodes imputées au courtier Energies France dans le reportage « Cash Investigation » diffusé jeudi 22 février sur France 2. Primeo Energie condamne fermement toutes les pratiques, trompeuses ou visant à profiter de la complexité de la réglementation pour dévier le consommateur des offres les plus compétitives. De telles pratiques lèsent… Lire plus


  • Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    En 2024, le gouvernement renouvelle son dispositif d’aide en maintenant l’ « amortisseur électricité » pour les entreprises et collectivités. Il est financé par l’Etat et appliqué par les fournisseurs, qui opèrent une réduction directement sur les factures. Lire plus


  • L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en France a déclaré que le démarrage de l’EPR de Flamanville (1,6 GW) à la mi-2024, tel que souhaité par EDF, n’était pas garanti. Le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk, a indiqué que la mise en service serait « très tendue » en raison de l’attente d’éléments cruciaux pour prendre une décision.… Lire plus