publié le 03/03/2023

Temps de lecture : 5 minutes
La centrale de Saint-Laurent-des-Eaux © EDF

Bilan électrique national 2022 de la RTE

Bien que l’année 2022 ait été marquée par une crise énergétique inédite depuis le début des
années 1970, notamment due aux problèmes de corrosions sous contrainte découverts sur
les centrales nucléaires Française, le “Bilan électrique national 2022″, publié par le
gestionnaire du réseau de transport d’électricité (RTE), a montré que l’industrie nucléaire
française a réussi à garantir la sécurité des approvisionnements électriques malgré les
baisses de production.

En raison des problèmes de corrosions sous contrainte et du vieillissement des parcs
nucléaires, la production nucléaire française de 2022 n’a représenté que 70% de la
moyenne des 20 dernières années avec un taux de disponibilité qui a atteint seulement
54%, contre 73% relevé entre 2015 et 2019. Les énergies fossiles, notamment gaz et
pétrole, et renouvelables, éolien et solaire, ont en partie compensé les baisses de
production d’origines nucléaire et hydraulique.

Traditionnellement exportatrice, la France, pour la première fois depuis 1980, a été
importatrice de 16,5 TWh d’électricité en 2022, dont 60% entre juillet et septembre.

Par rapport à l’état des lieux du parc nucléaire français, actuellement, on peut compter 17
réacteurs sur 56 qui sont à l’arrêt. Cette tendance devrait s’accentuer dans les prochains
mois alors qu’EDF prévoit des maintenances de longue durée à partir du début du
printemps, concernant la mise à l’arrêt de nouveaux réacteurs. À l’été, en raison de
problèmes de corrosion dans plusieurs cuves, il est présumé que le nombre de réacteurs
éteints dépassera 20, en obligeant la France à importer de l’électricité de ses voisins.

EDF poursuit le déroulement de la manutention des réacteurs nucléaires avec des visites
décennales, causant l’arrêts des tranches concernées pour changer une partie du
combustible, ainsi que des visites partielles, causant des interruptions de production pour
effectuer des contrôles périodiques.

Récemment, les tranches Blayais 1 et 4, ainsi que Chinon 1 et 4, ont été mises à l’arrêt dans
le cadre de ce type de visite décennales. Également, la tranche Saint-Laurent-des-Eaux 2 et
Saint Alban 1 ont été déconnectées du réseau national de distribution d’électricité afin de
procéder à la visite partielle.

Cependant, Cattenom 3, en août 2022, a été rouverte après le RIS, un contrôle des
soudures du circuit d’injection de sécurité, faisant partie de la visite décennale.

EDF confirme toujours la présence de corrosions sous contraintes à proximité de soudures
des circuits RIS (circuit d’injection de sécurité) et RRA (circuit de refroidissement du réacteur
à l’arrêt) sur Penly 1 et Penly 2 dont les dates de démarrage ont été repoussées
respectivement en mai et en juin 2023.

Quant au site de Gravelines, réouvert après sa quatrième visite décennale, le réacteur 1 est
de nouveau indisponible, pour procéder au renouvellement de son combustible.

Enfin, après des mois de manutention en raison des corrosions, Bugey 3 et Bugey 4 ont été
connectées de nouveau, ainsi que la tranche Chooz 1, rouverte le 31 décembre 2022. En
revanche, Chooz 2 a été remis à l’arrêt suite à des problèmes d’alimentation électrique

Situation actuelle des centrales du parc nucléaire français:

Belleville-sur-Loire

  • 2 réacteurs (1300 MWe)
  • Mise en service : 1987 – 1988
  • Production moyenne annuelle : 14,98 TWh

Blayais

  • 4 réacteurs (900 MWe)
  • Mise en service 1981 – 1983
  • Production moyenne : 24,55 TWh

Actuellement à l’arrêt :

  • Blayais 1 : à l’arrêt dans le cadre de type visite décennale
  • Blayais 4 : à l’arrêt dans le cadre de type visite partielle

Bugey

  • 4 réacteurs (900 MWe)
  • Mise en service 1972 – 1979 
  • Production moyenne annuelle 14,9 TWh

Cattenom

  • 4 réacteurs (1300 MWe)
  • Mise en service : 1986 – 1991
  • Production moyenne : 31,18 TWh

Actuellement à l’arrêt : 

  • Cattenom 3 : à l’arrêt en raison de travaux de réparations sur les tuyauteries; date de
    démarrage 26 mars 2023.

 Chinon

  • 4 réacteurs (900 MWe)
  • Mise en service : 1981 – 1987
  • Production moyenne : 22,2 TWh

Actuellement à l’arrêt : 

  • Chinon 1 : déconnectée le 07.02.23 pour renouveler une partie du
    combustible; 9 mois de travaux.
  • Chinon 4: déconnectée le 25.02.23 en raison du programme “Arrêt pour
    simple rechargement” pour la renouvellement d’une partie du combustible.

Chooz

  • 2 réacteurs (1 450 MWe)
  • Mise en service en 1996-1997
  • Production moyenne : 13,67 TWh

Actuellement à l’arrêt : 

  • Chooz 2 a été remis à l’arrêt le 09.02.23 suite à des problèmes d’alimentation
    électrique dont l’indisponibilité pourra être prolongée en fonction des résultats
    de ces contrôles.

Civaux

  • 2 réacteurs (1450 MWe)
  • Mise en service 1997 – 1999
  • Production moyenne :  12,37 MWh

Actuellement à l’arrêt :

  • Civaux 2 : en raison du programme de maintenance pour la 2ème visite
    décennale; date de démarrage communiquée le 11.03.23.

Cruas

  • 4 réacteurs (900 MWe)
  • Mise en service : 1983-1985
  • Production moyenne : 21,7 TWh

Dampierre

  • 4 réacteurs (900 MWe)
  • Mise en service : 1980 – 1981
  • Production moyenne :  20 TWh
  • Un ASR ou « Arrêt pour simple Rechargement » du combustible sera réalisé
    sur l’unité de production n^4 en mai 2023.

Flamanville

  • 2 réacteurs (1300 MWh) et 1 EPR en construction (1650 MWh)
  • Mise en service 1985 – 1986
  • Production moyenne annuelle : 18 TWh

Actuellement à l’arrêt : 

  • Flamanville 1 (1300 MWh): à l’arrêt en raison du remplacement des
    générateurs de vapeur, date de démarrage 19.02.23

Golfech

  • 2 réacteurs (1 300 MWe)
  • Mise en service 1990 – 1993
  • Production moyenne : 16 TWh 

Actuellement à l’arrêt :

  • Golfech 1 : Date de démarrage décalé en raison de réparations à cause de
    corrosions jusqu’au 11.06.23.
  • A savoir – Golfech 2 connaîtra une période de maintenance de la mi-mars
    jusqu’à la fin du mois d’août.

Gravelines

  • 6 réacteurs (900 MWe)
  • Plus grande centrale du pays
  • Mise en service : 1980 – 1985
  • Production moyenne par ans : 32,6 TWh

Actuellement à l’arrêt :

  • Gravelines 1: mise à l’arrêt pour maintenance le 11.02.23 pour procéder au
    renouvellement de son combustible; date de démarrage 07.05.2023

Nogent-sur-Seine

  • 2 réacteurs (1 300 MWe)
  • Mise en service 1987 – 1988
  • Production moyenne : 15,71 TWh

Palluel

  • 4 réacteurs (1300 MWh)
  • Mise en service 1984 – 1986
  • Production moyenne : 25,4 TWh

Actuellement à l’arrêt :

  • Paluel 1 (1300 MWh) déconnectée du réseau électrique national dans le
    cadre de son programme industriel.

Penly

  • 2 réacteurs (1300 MWh)
  • Mise en service 1990 – 1992 
  • Production moyenne : 16,5 TWh

Actuellement à l’arrêt : 

  • Penly 1 : Suite à de nouveaux problèmes de corrosions détectés en
    décembre 2022, la date de démarrage a été repoussée au 02.05.2023
  • Penly 2 : Suite à de nouveaux problèmes de corrosions, la date de
    démarrage a été repoussée au 11.06.2023 

Saint Alban

  • 2 réacteurs (1300 MWe)
  • Mise en service 1985 – 1986
  • Production moyenne annuelle 17,49 TWh

Actuellement à l’arrêt : 

  • Saint Alban 1 : a été déconnectée du réseau national de distribution
    d’électricité afin de procéder à sa visite partielle (VP).

Saint-Laurent-des-Eaux

  • 2 réacteurs (900 MWe)
  • Mise en service : 1981
  • Production moyenne : 9 TWh

Actuellement à l’arrêt : 

  • Saint-Laurent-des-Eaux 2: à l’arrêt depuis 20 Janvier 2023 en raison du
    renouvellement d’une partie de combustible et des opérations de
    maintenance pour environ 7 mois de travaux

Tricastin

  • 4 réacteurs (900 MWe)
  • Mise en service en 1980 – 1981
  • Production moyenne : 23,79 TWh

Articles les plus récents


  • Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Communiqué : Primeo Energie suspend sa collaboration avec le courtier Energies France

    Nous avons appris avec stupéfaction les méthodes imputées au courtier Energies France dans le reportage « Cash Investigation » diffusé jeudi 22 février sur France 2. Primeo Energie condamne fermement toutes les pratiques, trompeuses ou visant à profiter de la complexité de la réglementation pour dévier le consommateur des offres les plus compétitives. De telles pratiques lèsent… Lire plus


  • Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    Prix de l’électricité en 2024 : aides maintenues par l’État pour réduire les coûts de l’électricité pour les TPE et PME

    En 2024, le gouvernement renouvelle son dispositif d’aide en maintenant l’ « amortisseur électricité » pour les entreprises et collectivités. Il est financé par l’Etat et appliqué par les fournisseurs, qui opèrent une réduction directement sur les factures. Lire plus


  • L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’actualité sur les marchés de l’énergie – 14/02/2024

    L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en France a déclaré que le démarrage de l’EPR de Flamanville (1,6 GW) à la mi-2024, tel que souhaité par EDF, n’était pas garanti. Le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk, a indiqué que la mise en service serait « très tendue » en raison de l’attente d’éléments cruciaux pour prendre une décision.… Lire plus

Sources :

EDF France. (s. d.). EDF France. https://www.edf.fr/

Actualité en continu et info en direct et replay. BFMTV. https://www.bfmtv.com/

Vie publique. (s. d.). République française. https://www.vie-publique.fr/