publié le 16/03/2023

Temps de lecture : 5 minutes

Les points importants

ÉLECTRICITÉ

La semaine dernière, un nouveau fait de fissure a été constaté sur la centrale de Penly. Celle-ci n’est plus le fait de corrosion sous contrainte, mais de fatigue thermique. Il est probable que ce type de fissure concerne d’autres réacteurs du parc nucléaire français, et l’Autorité de la Sureté Nucléaire a demandé à EDF de revoir sa stratégie de contrôle et maintenance du parc. Une proposition a été rendue à ce jour et l’ASN prévoit de valider ou non cette proposition d’ici à la fin mars. À la suite de ces annonces, le marché a subi une hausse de plus de 30 % la semaine dernière.

Par ailleurs, cette hausse s’est résorbée quasiment totalement en ce début de semaine pour revenir au niveau de mi-février. La faillite de la Silicon Valley Bank et de Signature Bank crée un vent de panique sur les différents marchés alors que de nombreux indicateurs d’une probable récession semblent se profiler depuis plusieurs mois. L’action de la Banque Fédérale américaine devrait limiter le caractère systémique que chacun craint. Par ailleurs, les résultats 2022 du Crédit Suisse inquiètent et mettent la lumière sur des « faiblesses substantielles » de mesure du risque et de résultats.

Ces faits provoquent une méfiance importante du marché envers le secteur bancaire et l’ensemble des marchés semblent limiter leur prise de risque. Le marché du carbone nous permet de le constater, avec une participation très faible à l’enchère et un prix en baisse de 5 %.

Ces faits nous permettent de regagner un niveau plus faible sur le marché de l’électricité, mais avec beaucoup d’incertitudes et de risques.

À court terme, les grèves menées contre la réforme des retraites du gouvernement Macron réduisent la capacité de production française. Les données sur la transparence font apparaître des restrictions de 12,4 GW, dont 3,2 GW pour les centrales nucléaires, 2,7 GW pour les centrales à gaz et plus de la moitié pour les centrales hydroélectriques (6,5 GW). En outre, les apports de GNL dans le réseau gazier européen ont diminué la semaine dernière en raison de la grève, ce qui a entraîné une hausse des primes sur le marché du gaz.

Une tempête a fortement pesé sur les cotations de l’électricité en Europe en début de semaine. Le marché spot affichait des prix dans une fourchette moyenne à deux chiffres. Lundi et mardi, une alimentation en énergies renouvelables de 44 GW et 40 GW était prévue en Allemagne, avec des températures temporairement chaudes. Selon les météorologues d’Eurowind, les quantités injectées devraient diminuer à partir de mercredi et la part des énergies renouvelables devrait baisser progressivement au cours des prochains jours. Une augmentation des prix spot dans la fourchette à trois chiffres est donc à nouveau pré-programmée. Toutefois, les perspectives à plus long terme laissent entrevoir un réchauffement et un apport d’énergie éolienne relativement modéré.

GAZ

Les apports de GNL restent néanmoins élevés et la capacité d’importation de GNL en Europe continue d’augmenter avec l’autorisation de remettre en service le dernier train du terminal américain d’exportation de GNL de Freeport. De plus, la situation de l’approvisionnement en Allemagne est confortable en ce qui concerne l’hiver à venir. Selon l’association pour le stockage de gaz «Ines» (Initiative Energien Speichern), l’Allemagne sort de l’hiver 2022/2023 avec des niveaux de remplissage très élevés. Le niveau de remplissage est actuellement d’environ 65%, contre 26% fin mars 2022. Bien que le flux de gaz en provenance de la Russie ait été réduit au printemps et complètement arrêté à l’été 2022, les réservoirs étaient remplis à 100% au début de l’hiver 2022/2023. L’hiver prochain, les nouveaux terminaux, dont certains fonctionnent déjà, devraient également faciliter les importations. Des terminaux supplémentaires seront mis en service d’ici la fin 2023.

Les marchés de l’énergie


Electricité : La semaine dernière, une fissure profonde sur un tuyau de la centrale nucléaire française de Penly 1 a provoqué une envolée des contrats à terme de l’électricité et du gaz. Suite à la découverte de fissures dans deux autres réacteurs, le marché craint désormais qu’il ne s’agisse pas de cas isolés et que la capacité disponible des centrales soit inférieure aux prévisions.

Baseload 2024

Prix de clôture du 15/03/2023 :
167,65€/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
+3,49%

Baseload 2025

Prix de clôture du 15/03/2023 :
119,97 €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
-1,50 %

Baseload 2026

Prix de clôture du 15/03/2023 :
103,17 €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
-2,05%

Peakload 2024

Prix de clôture du 15/03/2023 :
261,52 €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 : +2,96%

Peakload 2025

Prix de clôture du 15/03/2023 :
195,78 €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
+0,52%

Peakload 2026

Prix de clôture du 15/03/2023 :
145,67 €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
1,57%

Gaz naturel : L’évolution de la situation en France autour de la centrale nucléaire de Penly 1 la semaine dernière a fait grimper le marché du gaz. Certains négociants auraient acheté du gaz, déclenchant ainsi une petite vague d’achats sur le marché gazier. Une baisse de la disponibilité des centrales nucléaires en France pourrait entraîner une hausse de la demande de capacité de production d’énergie fossile.

Gaz 2024

Prix de clôture du 15/03/2023 :
49,59 €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
+0,60 %  

Gaz 2025

Prix de clôture du 15/03/2023 :
41,58  €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
-0,89 %

Gaz 2026

Prix de clôture du 15/03/2023 :
32,18 €/MWh

Variation depuis le 08/03/2023 :
+0,07%

Pétrole : Les marchés pétroliers ont perdu de la valeur par rapport à la semaine précédente. Les craintes liées à la récession et aux taux d’intérêt pesaient sur les contrats à terme du pétrole brut. D’autres mesures liées aux taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine sont déjà prises en compte et la hausse des taux d’intérêt dans la zone dollar est un poison pour les prix du pétrole, car il devient plus intéressant de placer de l’argent en devise américaine que d’investir dans le pétrole brut.  

Brent

Prix de clôture du 15/03/2023 : 73,69$/bbl

Variation depuis le 08/03/2023 : -10,85% 


Droits d’émission CO2 : Après un léger recul au cours de la semaine sous revue, les futures EUA ont de nouveau visé la barre des 100 euros par tonne de CO2, poussés par des acheteurs de conformité désireux de se couvrir davantage avant l’échéance. Les nouvelles ayant trait aux problèmes des centrales nucléaires françaises ont créé de la volatilité, provoquant des mouvements haussiers tant sur le marché à terme de l’électricité que sur celui des combustibles. Une correction importante à la baisse a été constaté avec une faible participation aux dernières enchères. 

CO2

Prix de clôture du 15/03/2023 : 89,20 €/t

Variation depuis le 08/03/2023 : -8,84% 


­Charbon : Les cotations du charbon à l’ICE se sont redressées au cours de la semaine sous revue, tirées par les marchés voisins de l’électricité et du gaz ainsi que par les quotas d’émission. La demande en Europe reste plutôt faible, malgré la diminution des stocks. Tout porte à croire que les négociants espèrent des cotations encore plus basses au cours des prochains mois. 

Charbon

Prix de clôture du 15/03/2023 : 132,69 $/t

Variation depuis le 08/03/2023 :  +3,50

Articles les plus récents


  • Bilan énergétique de l’année 2023

    Bilan énergétique de l’année 2023

    L’année 2023 a été marquée par une série d’événements majeurs qui ont profondément influencé le paysage énergétique en France. Des fluctuations significatives sur les marchés du pétrole, du gaz et de l’électricité, ainsi que des développements politiques et réglementaires clés, ont influencé significativement la production, la consommation et la régulation du marché de l’énergie français. Lire plus


  • L’actualité sur les marchés de l’énergie – 10/04/2024

    L’actualité sur les marchés de l’énergie – 10/04/2024

    À partir de 2027, RTE prendra pleinement en compte l’électricité produite par l’EPR de Flamanville (1,6 GW) dans ses analyses de l’équilibre offre-demande, selon un responsable du gestionnaire de réseau (GRT) cité par Montel. Lire plus


  • OPERAT : La plateforme digitale au service de la transition énergétique du secteur tertiaire

    OPERAT : La plateforme digitale au service de la transition énergétique du secteur tertiaire

    OPERAT, est une plateforme numérique de recueil et de suivi des consommations d’énergie du secteur tertiaire. Elle vise à accompagner les acteurs du secteur dans la gestion précise de leurs obligations réglementaires imposées par le décret tertiaire. Lire plus