© Oleksii Liskonih via Canva.com

Un contexte déjà critique 

Il était urgent pour l’Allemagne de commencer à trouver de nouveaux fournisseurs. Dépendant à 55% du gaz russe, l’Allemagne s’est retrouvée face à un mur en février suite à l’invasion russe en Ukraine et à la suspension pour une durée indéterminée de son gazoduc Nord Stream 2. De nombreuses sanctions économiques plus tard, le conflit russo-ukrainien semble s’enliser. L’Allemagne se retrouve donc contrainte de bâtir en urgence des alternatives non-russe pour son approvisionnement en gaz.

Robert Habeck, le ministre de l’Économie Allemand, a multiplié ces dernières semaines les déplacements pour trouver de nouveaux fournisseurs. Il avait déclaré dans un entretien à la radio Allemande Deutschlandfunk ce samedi 19 mars qu’en cas de coupure de l’approvisionnement russe, l’Allemagne viendrait à manquer de gaz l’hiver prochain « pour chauffer toutes les maisons et faire tourner toutes les industries. (…) » 

Un début de solution pour l’Allemagne 

C’est ainsi que ce dimanche 20 mars, l’Allemagne signe un accord énergétique sur le long terme avec le Qatar, l’un des trois plus grands exportateurs mondiaux de GNL (gaz naturel liquéfié), qui compte augmenter de 50% sa production de GNL d’ici 2027. L’accord a été conclu à Doha avec l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, et annoncé dans la foulée par le ministère de l’Energie qatari. 

« Le gouvernement allemand a pris des mesures rapides et concrètes pour accélérer le développement de deux terminaux de GNL en Allemagne » un engagement devant « permettre l’importation à long-terme de GNL » dans ce pays a précisé le ministère. Il ajoute également que les deux parties “se sont mises d’accord pour que leurs entités commerciales respectives se réengagent et fassent avancer les discussions sur la fourniture de long-terme de GNL du Qatar à l’Allemagne”. Dans cette même journée, une porte-parole du ministère allemand de l’Économie a précisé que la prochaine étape sera “l’entrée dans les négociations contractuelles concrètes” pour les entreprises concernées.

Gaz et pétrole, enjeux majeurs actuels pour l’Europe

Ce nouvel accord signé avec le Qatar va donc permettre à l’Allemagne de pouvoir commencer à diversifier ses imports de gaz à moyen terme, et de s’éloigner de sa dépendance au gaz russe.

 Il reste toujours néanmoins le problème de cette même dépendance au pétrole, russe lui aussi. Les pays Européens connaissent tous actuellement, chacun à leur échelle, ces mêmes problèmes d’approvisionnement de gaz et de pétrole, résultants directement de l’invasion Russe en Ukraine. Une Russie estimée « imprévisible », qui oblige l’Europe à rebattre ses cartes concernant la provenance de leurs énergies.

Sources

https://www.20minutes.fr/monde/3256295-20220321-guerre-ukraine-reduire-dependance-gaz-russe-berlin-conclut-accord-qatar

https://www.capital.fr/economie-politique/tres-dependante-du-gaz-russe-lallemagne-conclut-un-accord-energetique-avec-le-qatar-1431561

https://www.sudouest.fr/international/energie-l-allemagne-conclut-un-accord-avec-le-qatar-pour-se-passer-du-gaz-russe-10239626.php

https://www.cnews.fr/monde/2022-03-20/guerre-en-ukraine-lallemagne-signe-un-accord-energetique-avec-le-qatar-1195009

Partager
Les plus lus